Les complices s’enrichissent *

Plonger dans mes souvenirs. Expliquer.

Reprendre l’Histoire à plusieurs titres. Reprendre mes agendas, 1998… 2001. 2005…

L’aventure d’une amitié qui se cristallise autour de certains moments. Des dates. C’est souvent le cas.

 30 juin 2006

Au début, enfin pas tout a fait, Agnès, Sylvie et moi, nous nous connaissions depuis quelques années. Déjà sous les arbres du Cours Julien, en attendant la fin du cours de solfège de nos enfants, nous faisions des projets dans le cadre de l’activité de l’association L’Œil et l’Esprit.

 Quelques années plus tard, quelques sombres nuages nous ayant éloignées, nous eûmes le plaisir de nous retrouver lors d’une signature du premier roman « Le Torrent » de Jeanne Valabrègue illustré par Agnès. Ce vendredi soir à la Galerie Aspect. A nouveau se voir. Ne plus se perdre de vue.

 22 novembre 2006, visite de l’exposition

RIOPELLE, un artiste canadien au Musée Cantini (4 novembre 2006 au 4 février 2007)

Prévue le 15, puis reportée. Le Musée Cantini, intimiste, malgré ses salles spacieuses, convivial, feutré, idéal pour cette visite amicale. Chacune devant les œuvres y va de son commentaire. Enfin ! Sans prétention. Légèrement naïves. Ce que nous ne sommes pas, Sylvie est enseignante. Agnès et moi sortons des Beaux-arts de Marseille.

Nous nous amusons.

Vivant. Ce moment m’est resté en mémoire. A la fin de cette visite, sur les marches du Musée, je réalisais, interloquée, n’avoir jamais vécu une visite d’expo comme celle-ci. Le bonheur.

Two Viewing Rooms (1975) de Dan Graham. Collection de Marc et Josée Gensollen. Musée d'Art Contemporain 2007

Les sorties sont devenues régulières, Sylvie nous photographie. Photographie ces rencontres précieuses. Jouant des liens qui se tissent entre nous, nous et les œuvres, nous et les artistes.

Enregistrer. Nos regards complices s‘enrichissent.

Laure, Marseille, le 14 juin 2010

 * Proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article a été publié dans Art, Contemporain, Culture, Laure, Musée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s