L’Œil de l’oubli *

9 Août 2010, visite du Festival International des Jardins – Edition 2010

Thème 2010 : Jardins « corps et âme » Domaine de Chaumont-sur-Loire

« Le labyrinthe de la mémoire », Anne et Patrick Poirier. Festival des Jardins 2010. Domaine de Chaumont-sur-Loire

Le charme discret des cartes postales avec leurs couleurs surannées, celles que nous adressons à nos amis, à notre famille, à nos collègues, leur signalant nos destinations de vacances. Ces lieux où nous retournons sur les traces de l’enfance, nous plonger dans l’instant fugace, nous délecter de l’eau salée et du sable chaud sur notre peau brunie. Où nous marchons dans les pas d’autres touristes, comme nous. Nous visitons un jardin, un château de la Renaissance… des Musées. Tant de clichés sur les chemins de notre inconscient collectif.

Un moment d’oubli de soi ! Aussi.

A force de profiter et de se complaire dans ces délicieux loisirs partagés, réveillant nos souvenirs, nous faisons en sorte d’oublier nos problèmes du quotidien, nous avons laissé les catastrophes climatiques, les drames sociaux, les affaires politiques, et les nouvelles polémiques, tout juste effleurer notre conscience. Nos soucis également. Rien ne sert de se prendre trop la tête. En septembre, « la rentrée » nous obligera à prendre chaque chose à bras le corps et à faire le point, tout en lucidité.

Reprendre contact avec les réalités. La réalité de nos souvenirs, de notre mémoire et de notre histoire.

C’est toute l’ambigüité de mes vacances de cet été. J‘avais l’intention de me consacrer à ma recherche d’emploi, entourée de ma famille, soutenue. Elle s’est appliquée à me distraire, ce en quoi je l’en remercie. Même si maintenant je dois « rattraper le temps perdu ». Ces distractions m’ont conduite, entre autre, à visiter le Domaine de Chaumont sur  Loire, célèbre pour son Festival des Jardins. En visitant le site, j’ai été intéressée par la présence d’Anne et Patrick Poirier parmi les artistes invités à réaliser des œuvres pour le parc. Je connaissais leur travail sur l’archéologie des villes depuis mes années aux Beaux-Arts de Nantes. Anne et Patrick Poirier, artistes archivistes, nous content une Histoire des villes traumatisées par la Guerre 39/45, fossilisées comme des citées antiques, Nantes, Berlin, Marseille, de villes anciennes marquées par l’oubli, Angkor, Pompéi. L’Archiviste, l’Historien, le Sociologue, l’Archéologue, le Scientifique… l’Artiste, aussi, ont à cœur de lutter contre l’Amnésie.  Chacun de  ses chercheurs, nous apportent des témoignages, des analyses, des preuves, des découvertes, des informations hiérarchisées propres à nous fournir une réalité, une vérité de l’Histoire, nous permettant de sortir vainqueur des labyrinthes de la mémoire, de sortir vainqueur, courageusement, d’une certaine dictature du « politiquement correct » qui nous placerait rétroactivement dans une posture respectable, bien pensante et sans « repentance ». Quand « L’Œil de l’oubli » nous guette du fond du Vallon des Brumes, regarder la vérité de l’Histoire en face, comprendre notre passé, accepter les erreurs, les fautes, les drames, prendre en compte les responsabilités, mesurer l’horreur des conséquences et l’immoralité des donneurs d’ordre comme des exécutants, c’est une question de respect de soi, de respect des autres nécessaire à la construction d’un monde plus harmonieux, plus responsable, plus conscient de son voisin japonais, américain, australien, africain…, de son environnement, la terre.

Papillon, butinant d’une fleur à l’autre, dans mon jardin, je ne peux plus ignorer qu’un battement d’aile peut déclencher une tornade à Cuba, au Brésil, à Hong Kong, au Texas…, comme l’en empêcher.

L’Œil de l’oubli, Anne et Patrick Poirier. Festival des Jardins 2010  Vallon des Brumes Domaine de Chaumont-sur-Loire

Laure, Marseille, les 1erau 11 septembre  2010.

* « L’Œil de l’oubli », Anne et Patrick Poirier. Festival des Jardins 2010 –Vallon des Brumes  – Jardins corps et âme. Domaine de Chaumont-sur-Loire

Lien : menu déroulant « Anne et Patrick Poirier »

http://www.domaine-chaumont.fr/index.php?page=plasticiens&scat=1094&cat=109&expandable=3

A voir et à lire : «  Vestiges, Vestiges », Anne et Patrick Poirier. Ed. Gallimard 2009

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Art, Château, Contemporain, Culture, Laure, Photographie, Sculpture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s