Le fil d’Art-O-Rama 2011

Vernissage de la Galerie Gourvennec Ogor & d’Art-O-Rama 2011 – 2 septembre 2011, Photo n°3 du photomontage : Strings of Affection (vidéo, 10mn) © 2009 Emmanuelle Antille, Courtesy Galerie Gourvennec Ogor

2 septembre 2011, Vernissage de la Galerie Gourvennec Ogor & d’Art-O-Rama 2011

Quelques jours après un petit voyage à Arles pour les Rencontres Photographiques à la fin du mois d’août, d’où nous sommes revenues un peu désenchantées, c’est la rentrée ! Ce septembre est radieux, nous nous habillons en conséquence pour ce rendez-vous très attendu d’Art-O-Rama, pleines d’espoirs. C’est la troisième fois, une coutume à laquelle nous sommes habituées et nous comptons passer un bon moment. Cette année nous visitons tout d’abord un nouveau lieu, la Galerie Gourvennec Ogor, situé à la Porte d’Aix près des ateliers d’artistes de la rue de la Joliette. Un garage entièrement rénové, nous découvrons ses murs blancs sur lesquels est accroché un aperçu de la collection du jeune galeriste, mais non sans expériences, pour ce premier vernissage. Les artistes sont là. Je fais un premier tour, seule. La vidéo d’Emmanuelle Antille à l’étage, m’interpelle. Mes amies, arrivées quelque temps après, aussi. Bien assises, nous nous amusons. La lenteur de l’action nous y incite. Une femme tend patiemment un fil dans un appartement cossu, d’une poignée de fenêtre au pied d’un canapé… puis dehors dans un jardin. J’évoque à voie haute « Le fil d’Ariane ». Nous redescendons, le lieu s’est rempli, je croise Marie Ducaté et lui présente mes amies d’AssociatEyes. Elle connaît notre blog grâce à mon profil FaceBook. Marie commence à tisser Le Fil de cette soirée nous présentant tour à tour à ses amis artistes, Régis Perray, ici, puis d’autres encore à La Friche. Régis nous parle de son travail au sol, un hommage à notre ville portuaire. Je signale à Agnès les crânes de Timothée Talard  (les vanités lui trottent dans la tête depuis un moment déjà… un autre fil !). Il nous explique son processus, de l’ordinateur au crayon. Sylvie a l’air de danser en nous prenant en photo, en fait elle ne se sent pas très bien en ce début de soirée. Cela ne nous préoccupe pas trop pour le moment, un esprit joyeux s’est emparé de nous, nous poursuivons notre fil à la Friche Belle de Mai.

Vernissage visite d’Art-O-Rama 2011 à  la Friche Belle de Mai – 2 septembre 2011

2 septembre 2011, Vernissage visite d’Art-O-Rama 2011 à la Friche Belle de Mai

Notre petit groupe se sépare. Marie Ducaté nous donne rendez-vous à plus tard. Nous déambulons dans ce grand hangar, où alternent espaces fermés des galeries et installations de grandes dimensions. Sylvie nous signale qu’elle ne se sent pas mieux, et s’arrête pour se reposer. Agnès et moi prenons le temps, chacune plus ou moins de notre côté d’apprécier l’événement, les œuvres, les galeries invitées, le plaisir feutré mais manifeste du public présent. Nous prenons régulièrement des nouvelles de Sylvie. Je croise comme l’année dernière Marc Quer. Agnès rencontre Nicolas Pincemin, après avoir à nouveau apprécié ses grandes toiles de paysages militaires. Agnès, Sylvie et moi retrouvons en conciliabule Marie et ses connaissances. Nous nous absorbons dans cette effervescence distinguée  et conviviale. Agnès, à mon étonnement, tourne autour de l’installation de l’artiste invité Sandro Della Noce. Une œuvre multiple qui m’intéresse parce qu’elle semble aider les personnes à se diriger dans leur déambulation vers les galeries et les autres œuvres, elle est un point de repère, de rencontre et d’attention particulier. Sans violence, cette construction, structure architecturale, assemble une armature métallique, des poids, des équilibres, des volumes et des sculptures de bois gravé, tout en un s’insérant parfaitement dans ce bâtiment. Sylvie se sent plus mal, nous nous inquiétons, sortons prendre l’air et des conseils auprès du mari pharmacien d’Agnès. Sylvie se sent fiévreuse, c’est cela qui l’alerte le plus. Nous rentrons tôt, finalement un peu sur notre faim. Nous préférons cela, nous pourrons toujours revenir… Sylvie aura eu le bon reflex de finir la nuit à l’hôpital, et nous en sommes heureuses.

Visite d’Art-O-Rama à  la Friche Belle de Mai, septembre 2011, Oeuvres de E‰ric Pougeau, Igor Grubić, Catalina Niculescu, Fran Meana

3 septembre 2011, Visite de « Lost in the twenty first », Galerie H.L.M.-Astérides et Lucy+Jorge Orta à la Galerie Of Marseille

15 septembre 2011, Visite d’Art-O-Rama à la Friche Belle de Mai.

Le fil d’Art-O-Rama se poursuit le jour suivant, samedi matin rendez-vous à onze heures place Sadi Carnot. Agnès continue de me donner des nouvelles de Sylvie… aux urgences…, pendant que nous grimpons en direction de la galerie H.L.M.-Astérides, en haut du Panier. A l’intérieur, cafés, jus d’orange, petits gâteaux et conversations, entre autre avec Rémi Groussin. Nous avons flashé sur ses grandes poubelles renversées et cimentées. Lui nous parle ses installations filmées ou non, de vidéos, de processus… du morceau de bateau que nous observons. Nous sommes toujours dans la vivacité de la veille. L’atmosphère devient particulièrement festive à la Galerie of Marseille. L’exposition colorée, foisonnante et globetrotteuse de Lucy et Jorge Orta et le monde présent laissant ici peu de place à la déambulation, y sont pour beaucoup. L’art contemporain, d’habitude si distant et froid, si impersonnel, s’anime et prend corps, se réchauffe. Le plaisir d’être ensemble est si évident, pour une fois, le défaitisme ambiant du petit monde la culture semble s’être évaporé. Pourquoi ? L’arrivée de 2013…, bientôt…, à Marseille, voir que malgré les difficultés de l’organisation de Marseille-Provence 2013, les artistes et les associations, le Off… se sont accaparés l’événement et ont créé une émulation. Nous en sommes heureuses nous aussi.

En attendant ce jour parfait, Agnès et moi reprenons le fil d’Art-O-Rama (sans Sylvie, malheureusement à l’hôpital), le contraste monastique avec le vernissage convient à notre attention contemplative, tout d’abord voir les vidéos, celles de Catherine Duchatelet. Ce semblant d’immobilisme des paysages italiens et ce passage de l’ombre à la lumière sont propices à lâcher notre imagination. Éric Pougeau, Igor Grubić, Sandro Della Noce, Steven Le Priol, Catalina Niculescu, Fran Meana … nous revisitons ce que nous n’avions qu’effleuré, même si les artistes et les gens nous manquent.

Ouvertures d’Ateliers d’Artistes – 13e édition – 23 Sept. 2011, organisées par le Château de Servières

24 septembre 2011, Ouvertures d’Ateliers d’Artistes 
13e édition 
23, 24 & 25 Sept. 2011, organisées par le Château de Servières

Pas pour longtemps, les Ouvertures d’Ateliers d’Artistes organisées par l’association du Château de Servières dans tout Marseille, sont l’occasion pour Agnès et moi (Sylvie est en convalescence) de poursuivre le fil d’Art-O-Rama. Nous  commençons par les ateliers boulevard Boisson et discutons avec Julie Dawid, Jérémie Delhome et Monika Trojan. Agnès tombe à brûle-pourpoint sur Sandro Della Noce, « Elle le reconnaît » et lui raconte sa ressemblance avec ses parents qu’elle a connus aux Beaux-Arts de Marseille (mon énigme est résolue !). Elle tombe ensuite sous le charme sixties de Guillaume Gattier, moi aussi. Il a transformé son atelier en installation audio-visuelle pour mieux nous offrir son univers. Et puis nous poursuivons notre fil à travers la visite de Vol de Nuits, de l’Atelier Ni !. J’ai l’agréable surprise de retrouver Philippe Turc (également un ami des Beaux-Arts), à l’atelier de Dominique Cerf. Ce lieu de travail s’expose comme une œuvre.

Ho ! haaa, 4ème Concours artistique de la CCI Marseille Provence, Palais de la Bourse, 30 septembre 2011, Javiera Tejerna-Risso, Jacques Pfister, Gérard Traquandi, Laurence Aëgerter, Emilie Perotto

30 septembre 2011, Ho ! haaa, 4ème Concours artistique de la CCI Marseille Provence, exposition au Palais de la Bourse

Toujours sur le fil d’Art-O-Rama, Agnès et moi finissons ce mois de septembre foisonnant par « Ho ! haaa », 4ème Concours artistique de la CCI Marseille Provence. Nous sommes venues avec une autre amie, Marie, assister au vernissage  et à la sélection des lauréats. Nous faisons un tour sous les arcades du hall, longeant les photographies de Laurence Aëgerter, Christine Barbe, Pierre Beloüin, Frédéric Pauvarel, The Money of Monkey de May Pupet… Nous nous arrêtons devant la vidéo « Va et vient » de Javiera Tejerina-Risso. Cette vidéo nous montre une image fixe de la plage des Catalans. Je ne suis plus dans l’écrin du Palais de la Bourse, dans sa douce lumière mordorée. Mais je revis l’instant suspendu, de ce dernier mercredi après-midi quelques jours avant, où j’étais avec mon ami, baignée par cette douceur bleutée du soleil plongeant familles, couples et enfants… dans un autre univers. Instant suspendu d’un été indien, hors de l’hic et nunc. Nous y retrouvons d’autres amis des Beaux-arts et de Lift France 2011, Catherine… Diégo et Djela (venus soutenir Javiera). Jacques Pfister, président de la CCIMP, ouvre la voie à Gérard Traquandi, le président du jury. Sa voix latine présente les lauréates, trois jeunes femmes et une surprise. Ce n’est pas pour déplaire à notre trio. Nous sommes sensibles aux femmes ; nous sommes sensibles à nous-mêmes. Sensibles comme des femmes devant des œuvres d’art, sensibles à nous mettre en scène dans des œuvres, à nous mettre en abîme dans les images d’autres femmes, d’autres artistes, sans les abîmer, sans nous abîmer. Comme dans The Apparatus de Laurence Aëgerter, où elle « intervient dans la fonction et le contexte des structures des domaines publics et privés ». Une œuvre qui nous interpelle sur Le Fil d’AssociatEyes.

Laure, Marseille, Octobre 2011.

Devant The Apparatus (Het Apparaat, 2008) de Laurence Aëgerter, Agnès, Marie et moi, Ho ! haaa, 4ème Concours artistique de la CCI Marseille Provence, Palais de la Bourse, 30 septembre 2011

Liens : Emmanuelle AntilleHo ! haaa, 4ème Concours artistique de la CCI Marseille Provence , Javiera Tejerina-Risso Laurence Aëgerter 

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Art, Contemporain, Culture, Laure, Peinture, Photographie, Sculpture, Vidéo, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s