Capitale(s) en réponse

A la fin de mon article « Capitale(s) en question », je m’interrogeais : « Entre deux Capitales Culturelles, pourquoi Didier Gourvennec Ogor a-t-il choisi celle-ci ? Je l’ai invité à y répondre plus amplement… ». C’est ce qu’il fit suite à mon mail. Sa réponse, généreuse, m’incitât à  la séparer et à y intégrer quelques photos… 

10 janvier 2013, vernissage de l’exposition CAPITALE(S)
La Capitale Invite la Capitale à la Galerie Gourvennec Ogor

10 janvier 2013, vernissage de l’exposition CAPITALE(S)
La Capitale Invite la Capitale à la Galerie Gourvennec Ogor

« Après une dizaine d’années d’expérience dans le milieu de l’art contemporain, j’ai eu l’occasion de voyager beaucoup à travers le monde, notamment à l’occasion des Foires internationales et ce qui m’a frappé, c’est qu’en dehors de la France et du Royaume Uni, particulièrement centralisés, de très nombreuses galeries d’excellente qualité étaient implantées dans des villes « non capitales ». Aux États Unis, en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Espagne… Par ailleurs, l’expérience que j’avais pu avoir à Marseille, Roger Pailhas surtout, m’avait prouvé que Marseille avait tout pour ouvrir ce type de lieu, faire des propositions ambitieuses et essayer de développer un véritable « marché de l’art ».

Avant d’ouvrir la galerie en septembre 2011, j’ai eu l’opportunité de travailler dans d’excellentes galeries parisiennes  (Yvon Lambert, Georges-Philippe & Nathalie Vallois) où j’ai acquis, je crois, le professionnalisme, l’œil, le réseau et l’envie qui ont permis d’ouvrir la galerie à Marseille.

J’entends parfois que la situation est ainsi depuis plus de deux siècles, « nous sommes dans un pays centralisé », mais il y a deux cent ans, il n’y avait pas le TGV à trois heures de Paris, il n’y avait pas l’avion, les moyens de communication actuels… La mondialisation serait-elle partout sauf en France et Paris ne devrait-elle être toujours que la seule place pour y voir des artistes internationaux, des expositions d’envergure ? Bien évidemment non. Marseille a toutes les qualités pour que le développement culturel y prenne un véritable envol et cette année Capitale Européenne de la Culture le prouvera non seulement en 2013 mais au-delà.

Lorsque que je cherchais un local pour y ouvrir ma galerie à Marseille, j’ai demandé quelques conseils à Yvon Lambert qui m’a répondu que quelque soit l’endroit où je m’implanterais, si j’étais passionné, si j’étais professionnel, si je faisais correctement les choses, le public suivrait et se déplacerait où j’irais. Il avait raison puisque ce sont déjà plus de 1500 personnes qui sont venues découvrir l’exposition « Capitale(s) » seulement un mois après son inauguration. Et l’ouverture du nouveau Frac PACA le 23 mars prochain à moins de 300 mètres de la galerie devrait encore attirer les publics amateurs dans ce quartier qui se développe décidément si bien. »

Didier Gourvennec Ogor, 20 février 2013.

Frac Paca (Fond Régional d’Art Contemporain de Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Frac Paca (Fond Régional d’Art Contemporain de Provence-Alpes-Côte d’Azur)

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Art, Contemporain, Culture, Laure, Photographie, Photos, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s