De #MP2013 à la #Biennaledesign13 : Marseille et Saint-Etienne deux villes en Empathie

16 janvier 2013, Séminaire Design et Living Labs organisé par la Région PACA, la Fing, Méditerranée Technologies, Pôle SCS et Télécom Paristech à la Cité des Métiers de Marseille

Souvent mes pas m’entraînent sur d’autres chemins que ceux de l’Art Contemporain ; professionnellement le secteur de l’Innovation ouverte est pour moi un champ d’action optimiste, où collaborent entrepreneurs, créatifs, techniciens, chercheurs, communicants, usagers…  Ce mercredi de séminaire, Isabelle Verilhac (Cité du Design) intervenait autour d’une table ronde  « Design et SHS (Sciences Humaines et Sociales)… « . Elle nous y présentait entre autres l’écosystème de la Cité du Design, nous donnant auparavant des cartes de la nouvelle Biennale Internationale Design 2013… Je découvris, surprise, qu’elle aurait lieu en mars sur le thème de L’empathie ou l’expérience de l’autre. Je replonge dans notre passé, retour sur notre premier voyage à Saint-Etienne pour la Biennale 2010, je me faisais un plaisir de montrer à mes amies un événement réussi. En pleine Téléportation (thème 2010), si loin de l’ambiance de notre univers, elles saisirent toutes les occasions de frissonner et de s’amuser entre roman social et réalité augmentée. Comme je le raconte dans « Demain, c’est aujourd’hui : de #BID10 à #MP2013 », nous espérions le meilleur pour notre Capitale Européenne de la Culture. A l’instant présent, je relis : « L’Empathie ou l’expérience de l’autre », ce sujet concerne notre expérience de blogueuses. J’espérais ainsi convaincre mes amies d’un Retour. A ma proposition, Sylvie m’étonna en me répondant « Alors, on y va… ». Déjà dans « Art Design » (mars 2011), elle présentait cette escapade comme un dépaysement bienvenu. Mars rassura Agnès, elle qui avait été transie par le froid « Dans l’antre de Couriot »…

De Notre-Dame de la Garde au Monts du Forez, du Vieux-Port par 0° aux Puits Couriot, du Quai des Belges à la Place Manufacture d’Armes...

De Notre-Dame de la Garde au Monts du Forez, du Vieux-Port par 0° aux Puits Couriot, du Quai des Belges à la Place Manufacture d’Armes…

En ce moment, tel Ulysse, nous vivons, comme une aventure partagée, nos voyages dans ces expositions narrées. Notre odyssée terrestre nous entraîne vers le Nord, et pour nous, marseillaises, Aix-en-Provence c’est déjà le Nord, alors Saint-Etienne…

L’autre, c’est déjà cette ville, si différente de la nôtre. Une ville industrielle régionale qui se forge un rayonnement international grâce au Design et à l’Innovation. Le développement industriel et urbanistique de la ville s’est accompagné d’édifices emblématiques d’enseignement, de conservation et/ou de communication… valorisant la production et l’innovation,  les machines comme les hommes, tel le Musée d’Art et d’Industrie. Il a été conçu par Marius Vachon « comme une véritable arme économique ». La ville engage ainsi historiquement tous ses talents de l’artiste à l’ouvrier, du plus petit au plus grand capitaine d’industrie dans une dynamique collective. Les crises ne l’ont pas détournée de ce cercle vertueux. A l’EPA de Saint-Etienne, un habitant raconte que la ville était celle du design bien avant le design. La Cité du Design est le plus récent de ces sites accueillant dans les murs de l’ancienne Manufacture d’Armes, l’École Supérieure d’Art et Design (à l’origine de la Biennale). Tout un symbole. A Marseille, l’Ecole des Beaux-Arts (Esdamm) se situe dans les Calanques, les étudiants y sont relativement isolés des autres pôles d’enseignements et de recherches de Luminy. Pour leur réserver ce cadre idyllique, sans doute, a-t-on pensé à eux comme utiles à magnifier un paysage. Mais l’époque comme un certain nombre d’artistes réclament autre chose, ils s’affirment comme faisant partie intégrante de la société. Est-ce qu’il n’en a jamais été autrement ? Evidemment que non. Les passerelles entre art, artisanat, création, design, innovation, numérique, industrie… sont de plus en plus nombreuses. Nous qui, dans l’hexagone, avons tellement l’habitude de ranger les uns et les autres dans des cases, de séparer l’art de l’industrie…

Saint-Etienne s’affirme « Atelier Visionnaire », « de la ville industrielle à la ville visionnaire, Saint-Etienne trace les lignes d’une mutation revendiquée. Créativité, design, collectif en sont les axes fondateurs au sein d’une agglomération verte. ». A Marseille, nous naviguons à vue. Même si la détermination  de chacun des acteurs (habitants, privés ou publiques…) n’est pas en cause, elle est simplement dispersée aux quatre vents. Le souffle est là, à travers la volonté de construire la Métropole (telle que l’envisage Jacques Boulesteix) ou de poursuivre la dynamique de #MP2013  pour qu’elle se transforme en #MN2014 ou #MarseilleCapitaleNumérique (@Ne10, @RochGiraud …). Par le travail de designers, comme Jean-Louis Frechin ou l’engagement d’Axelle Benaich (Design the future Now) nous savons que le design n’est jamais très loin du numérique. Beaucoup d’Ecoles des Beaux-Arts sont devenues (avec la réforme européenne de l’enseignement supérieur) des Ecoles d’Art et de Design, cette évolution (re)place « l’artiste », comme à Saint-Etienne, à l’intérieur du processus collectif de production et d’innovation, impliquant savoirs et technologies appliqués à l’industrie.

Entre 2010 et 2013, avec le développement de Marseille Arts Appliqués & Design  (MAAD), du Centre Design Marseille, … des liens entre l’ENSCI (Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle), La Fing, Marseille Innovation (CEEI), la Région PACA, la Cité du Design… « L’empathie ou l’expérience de l’autre » (notion centrale du design) s’est bien téléportée à Marseille.

AssociatEyes éclairées par La Platine à la Biennale Internationale Design de Saint-Etienne en 2013

AssociatEyes éclairées par La Platine à la Biennale Internationale Design de Saint-Etienne en 2013

15 au 17 mars 2013, Week-end à  la Biennale Internationale Design de Saint-Etienne (Editions 2013) du 14 au 31 mars 2013 L’empathie ou l’expérience de l’autre

Sur le chemin du Retour vers Saint-Etienne, nous planifions notre week-end dans le TGV, au programme la Cité du Design samedi et dimanche ballade entre le quartier Tardy et l’Hôtel de Ville au gré de nos humeurs…

Le lendemain matin, nous redécouvrons La Platine* derrière les grilles de l’ancienne Manufacture d’Armes sous un soleil un peu frisquet. Ayant oublié mon appareil photo, je décide de créer en live un Traits¬d’union entre ces Objets d’empathies et la timeline d’@AssociatEyes. Passant autant de temps à photographier, écrire et discuter avec Agnès et Sylvie, qu’à regarder les réalisations en 3D où les objets du futur. J’utilise mon mobile pour partager ce moment dans la durée, taguant mes tweets avec le hashtag officiel #BiennaleDesign13. Un usage parmi d’autres car comme nous le découvrons, notre smartphone peut nous aider à régler chaque élément d’un luminaire (Waelice, 2012, Jean-Louis Fréchin & Uros Petrevski – Nodesign), à réaliser un papier peint augmentée (FabWall – WallPaperLab2010, Jean-Louis Frechin et Uros Petrevski de Nodesignlab),  à être connecté à la météo, à la pollution d’un environnement urbain spécifique (Netatmo, 2012, Alexandre Moronnoz / Netatmo)… Nous espérons ensuite déjeuner en empathie avec la Biennale, comme en 2010, sur des grandes tables disposées au cœur du bâtiment H. Un peu déçues nous nous retrouvons téléportées au restaurant Ephémère, dans la cour des H. Cette belle salle haute aux murs blanchis nous écarte momentanément de la turbulence qui nous attend l’après-midi. Nous profitons du repas et partageons notre expérience du futur, avec nos voisins croisés précédemment à l’exposition Demain c’est aujourd’hui #4. « Et bien !  Je ne suis pas pressé »  avait-il dit devant les vitrines « Se nourrir».

L’empressement nous gagne, nous commençons notre marathon par EmpathiCITY Making our City Together, un tour du monde des Cités Créatives (Unesco) dont fait partie Saint-Etienne. Au début du Bâtiment H Nord*, une projection interactive nous localise le programme de la Biennale et les curateurs de chaque exposition, au sol Animer, Innover, Jouer, Partager, Raconter, Re-inventer. Et c’est ce que nous expérimentons avec Sixième Sens, Les  Labos… Nous rejoignons Corinne, ma sœur, dans le Bâtiment H Sud*, une petite pause, pas de sieste ce n’est pas prévu, nous enchainons L’âge du faire, Singularité, Design with Heart, JE-VOUS-DESIGN, The Dream Team, Artifact, Faire école, 30 ans d’empathie pour le design… Notre empathie de jeunes femmes a été optimum pour C’est pas mon genre !. De nombreux visiteurs envahissent la Cité du Design en cette fin de journée, des familles, des jeunes et quelques amis… Nous y retrouvons le foisonnement et la générosité de la Biennale.

Dimanche matin mes amies sont allées marcher toutes les deux saturées d’images et d’émotions, longeant le Musée d’Art et d’Industrie, pour voir les expositions de La Serre et de l’ancienne Ecole des Beaux-Arts*, cheminant jusqu’à l’Hôtel de Ville. Une ballade rafraîchissante au cours de laquelle elles ont découvert l’architecture des fabriques de passementiers et des beaux édifices XIXème. Avant de reprendre le train et leur quotidien marseillais. En compagnie de ma famille, la plupart du temps, j’ai visité d’autres expositions. Avec Corinne, nous avons fait tard le soir le Musée de la Mine, l’exposition Les Editeurs stéphanois*, puis D’ici et de là-bas*, elle me parle de ses amis, éditeurs, designers, cinéastes. Mercredi après-midi, nous allons à Firminy avec mon neveu, l’exposition Vous voulez rire ?* nous enchante également, comme la découverte du Site Le Corbusier*,  rayonnant sous un soleil printanier. Ma mère et moi allons une première fois au Musée d’Art et d’Industrie, où tant d’expositions Interware, design transversalManufrance, Bien faire et le faire savoir… nous ont impressionnées. C’est encore le cas avec L’Autre Jean, le Musée a invité les designers Marithé+François Girbaud. J’y suis retournée avec l’autorisation de prendre quelques photos, j’en remercie encore chaleureusement sa Chargée de Communication. Ces stylistes ont traversé toutes les époques depuis les années 60, accaparant révolutions des mœurs, innovations technologiques, nouveaux médias et aspirations écologiques, transformant au gré de leurs fantaisies le célèbre textile bleu. Mon empathie pour L’autre Jean* illumine de bleu mon esprit téléporté vers le ciel méditerranéen. Mes amies marseillaises  me manquent…

L’Autre Jean : Le musée d'Art et d'Industrie invite les designers Marithé+François Girbaud  26 octobre au 6 mai 2013

L’Autre Jean : Le musée d’Art et d’Industrie invite les designers Marithé+François Girbaud 26 octobre au 6 mai 2013

 Laure, De Saint-Etienne à Marseille, du 17  mars au 7 avril  2013.

* Tous les liens suivants renvoient à chaque post partagé sur notre Tumblr AssociatEyes’Way, vous pouvez en voir ainsi quelques images.

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Art, Culture, Design, Laure, Musée, Photographie, Photos, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour De #MP2013 à la #Biennaledesign13 : Marseille et Saint-Etienne deux villes en Empathie

  1. Bembelly dit :

    Marseille, Sainté, deux villes éternelles où Demain se dessine aujourd’hui …

    • AssociatEyes dit :

      Une remarque très juste et très poétique qui s’accorde à bien d’autres villes, Lyon, Paris, ou Tokyo… et qui réjouira sans doute Axelle de Design The Future Now ! …

  2. Anis Rahman dit :

    Reblogged this on Anis Rahman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s