« Le Bruit et La Fumée ». Inauguration du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre de Marseille-Provence 2013

Deuxième moment fort de l’art contemporain après l’inauguration de la Tour-Panorama à la Friche Belle de Mai, celui de l’inauguration du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur. Je n’oserai pas dire de l’art contemporain institutionnel car j’espère et ce, malgré les architectures ambitieuses et monumentales affichées, que les structures dirigeantes poursuivront leur travail de recherche et de prise de risques, qu’elles ne se figeront pas dans une bien pensance stérile en succombant à la loi du marché. Un vœu pieux car tout changement amène fatalement son florilège d’incertitudes et d’inquiétudes, ainsi en est-il de l’humain. Donc réjouissons-nous car le FRAC PACA ouvre enfin ses (nouvelles) portes au public.

L'ancien FRAC PACA, place Francis Chirat, novembre 2010.© Laure Jegat  et Agnès L.Picca

L’ancien FRAC PACA, place Francis Chirat, novembre 2010.© Laure Jegat et Agnès L.Picca

Nous connaissions très bien l’ancien, intime, place Francis Chirat. Le lieu était convivial et ne rebutait pas le chaland par une imposante architecture, peut-être même ne le voyait-on pas, encaissé qu’il était au fond d’une petite cour charmante! Sans doute cette situation ne favorisait pas une lisibilité comme on le dit maintenant, mais elle suffisait à remplir les obligations des premiers FRAC : constitution d’une collection publique, nomadisme, pédagogie. Nous y avons vu des expositions de qualité autant par les artistes choisis que par les scénographies mises en œuvre. En novembre 2010 nous étions là, le dernier jour de la dernière exposition « Prendre la porte et faire le mur ». Un titre facétieux car le FRAC PACA aura bien pris la poudre d’escampette pendant plus de deux ans avant de réapparaître, transformé, transmué en un immense bateau fendant symboliquement le quartier Euroméditerranée.

La façade en verre recyclé de Kengo Kuma et la fumée de l'explosion dûe à Fouad Bouchoucha, 22 mars 2013 © Agnès L.Picca

La façade en verre recyclé de Kengo Kuma et la fumée de l’explosion dûe à Fouad Bouchoucha, 22 mars 2013 © Agnès L.Picca

Ce vendredi 22 mars, tout  commence par un énorme BOUM, terrifiant, suivi d’une fumée menaçante… Après le discours d’Aurélie Filipetti, Ministre de la Culture, le geste inaugural est une explosion ! Une performance de Fouad Bouchoucha qui nous questionne à plus d’un titre. En effet quels sens faut-il lui donner : s’agit-il d’un geste politique rappelant la violence marseillaise et les guerres qui minent le pourtour méditerranéen ? S’agit-il d’un geste de transgression en direction des institutions (un peu réchauffé) ? Ou bien d’un ébranlement du réel à l’instar du magnifique travail d’Anne-Valérie Gasc qui conçoit l’art comme une déflagration et qui a porté si loin ses investigations que nous pourrons ressentir de l’intérieur une véritable explosion grâce à son projet Crash box ?

Mais le moment n’est pas encore aux réponses et, pressées par une foule compacte Sylvie et moi attendons, Laure est restée à Saint Etienne pour la Biennale du Design. Nous attendons si longtemps que nous voyons la nuit tomber sur la façade en pixels de verre du bâtiment conçu par  Kengo Kuma. Cette « deuxième peau » voulue par l’architecte a demandé tout le savoir-faire français et la collaboration de l’artisanat et de la recherche industrielle notamment celle du CIRVA. Ce geste, doublé de  l’utilisation de matériaux peu onéreux comme le béton et le verre recyclé, est à souligner  car il a sans doute permis de privilégier le financement de l’emploi de divers corps de métier. Cependant il est vingt heures et nous arrivons à peine au bout de notre attente… il aura fallu attendre deux heures avant de découvrir l’espace intérieur et l’exposition « La Fabrique des Possibles » commissariée par le directeur Pascal Neveux.

L’exposition se déploie sur quatre espaces de plus de mille mètres carré, et nous permet d’apprécier une circulation ouverte et diverse entre les différents plateaux et les espaces extérieurs. Nous montons, descendons, sortons, rentrons, toujours vaillantes à découvrir des œuvres de jeunes artistes et d’autres déjà rentrées dans l’histoire. Cette fois et de manière inédite le FRAC ne consacre rien à sa collection et met l’accent sur la dimension expérimentale et de recherche du FRAC « nouvelle génération », notamment sur la collaboration d’artistes avec des laboratoires scientifiques et universitaires de Château-Gombert.

D'après la vidéo "Tentative de vol" 1969 de Gino de Dominicis © Agnès L.Picca

D’après la vidéo « Tentative de vol » 1969 de Gino de Dominicis © Agnès L.Picca

 Nous découvrons ainsi des œuvres spécialement réalisées depuis 2010 en lien avec le FRAC PACA, et d’autres plus anciennes, venant de collections privées ou publiques, de France ou de l’étranger. Cependant au milieu de toutes ces expérimentations, de toutes ces machines «extraordinaires» et de ces utopies concrétisées, s’il en est une qui m’a touchée c’est celle de Gino de Dominicis. Il s’agit d’une vidéo relatant le geste répétitif de l’artiste sautant d’un rocher en agitant les bras afin de s’envoler…«Tentative de vol » 1969.  Un geste dérisoire et absurde puisque impossible, fou, car en répétant toujours la même technique comment espérer que quelque chose change ? Mais cette attitude, en incarnant un Don Quichotte des arts plastiques, nous rappelle combien l’artiste peut être, aussi, un chevalier sans peur et sans reproche.

Beaucoup de monde encore, le soir, pour l'inauguration du FRAC PACA © Agnès L.Picca

Beaucoup de monde encore, le soir, pour l’inauguration du FRAC PACA © Agnès L.Picca

 Agnès, avril 2013

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Actualités, Agnès, Architecture, Art, Contemporain, Culture, Vidéo, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Le Bruit et La Fumée ». Inauguration du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre de Marseille-Provence 2013

  1. Anis Rahman dit :

    Reblogged this on Anis Rahman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s