Un Printemps de l’Art Contemporain 2013 à « Contre-Temps »

Le Ferry Boat qui traverse le Vieux Port pour rejoindre le quai de la Mairie. Photomontage ©A.L.Picca

Le Ferry Boat qui traverse le Vieux Port pour rejoindre le quai de la Mairie. Photomontage ©A.L.Picca

Pour sa cinquième édition le Printemps de l’Art Contemporain, organisé par le réseau Marseille Expos, s’est visionnairement nommé « Contre-Temps ». Oui en effet  contre le temps impitoyable d’abord, de ce printemps 2013 qui  fait s’abattre sur Marseille des trombes d’eau accompagnées de bourrasques de vent froid… et le contre temps pour nous, AssociatEyes, afin de profiter des balades et des cheminements dans la ville que cette fête attendue maintenant , occasionne. Mais les dieux ne nous ont pas tout à fait abandonnées car pour la troisième et dernière journée le soleil  illumine le ciel bleu azur.  C’est ainsi que nos pas, qu’accompagne une foule étonnamment nombreuse, nous mènent tranquillement vers la galerieofmarseille tout en longeant le Vieux-Port depuis le Théâtre de la Criée. Nous passons devant le Ferry Boat que nous ne prenons pas préférant poursuivre notre déambulation au milieu des passants réjouis. Notre intention avouée étant de redécouvrir l’ombrière de Norman Foster que nous ne nous lassons pas d’admirer (cf. article de Laure Lumières de Marseille Provence 2013), toujours surprises par les effets de perspectives et les reflets changeant qui y miroitent. Cet espace crée un paysage en perpétuelle transformation au gré des heures et de la foule qui s’y presse, amusée de s’y photographier, les jeunes comme les moins jeunes d’ailleurs.

Sous l'ombrière de Norman Foster. Photomontage ©A.L.Picca

Sous l’ombrière de Norman Foster. Photomontage ©A.L.Picca

Nous longeons ensuite le Quai des Belges pour nous diriger vers la Mairie découvrant UN ( !)  figuier au milieu des larges trottoirs pavés de gris qui offrira un peu d’ombre les jours de canicule… Nous remontons ensuite vers l’ancien hôpital, l’Hôtel-Dieu transformé depuis peu en somptueux hôtel de luxe. C’est lui qui domine la trouée jusqu’au port et c’est là que se situe le Pavillon M, architecture éphémère, outil de diffusion des événements liés à Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013 et qui propose également des expositions. A l’extérieur du Pavillon et  à l’intérieur de containers, nous rappelant une nouvelle fois la situation géographique de Marseille, les photographies en noir et blanc de Serge Assier offrent un agréable et beau  voyage dans les grandes villes portuaires européennes.

Vue et reflets du Pavillon M dans les séries photographiques de Serge Assier. A l'entrée des containers une charmante hôtesse nous accueille. photomontage ©A.L.Picca

Vue et reflets du Pavillon M dans les séries photographiques de Serge Assier. A l’entrée des containers une charmante hôtesse nous accueille. photomontage ©A.L.Picca

Nous poursuivons notre route en remontant l’esplanade en escaliers pour nous diriger vers la galerieofmarseille rue du chevalier Roze. Nous connaissons bien cette galerie dédiée à l’art contemporain et notre dernière visite n’est pas si lointaine ; sans doute va-t-elle bénéficier de sa situation proche du Vieux Port rénové, élargi, animé et qui devient un véritable pôle attractif pour les marseillais comme pour les touristes.

Vue partielle de l'exposition "36-20-13 Fournitures, complain & fail" de Hervé Paraponaris à la galerieofmarseille. Photomontage ©A.L.Picca

Vue partielle de l’exposition « 36-20-13 Fournitures, complain & fail » de Hervé Paraponaris à la galerieofmarseille. Photomontage ©A.L.Picca

Mais pour l’heure nous allons à la découverte d’un artiste, Hervé Paraponaris dont le projet artistique et radical de vol d’objets aux différentes instances de la société : individu, association, institution, entreprise de 1993 à1995 n’en finit pas de se développer en différents concepts. La galerie favorise en général une scénographie qui privilégie le sens à la quantité et c’est une nouvelle fois le cas. Nous avons ainsi tout le temps pour laisser nos regards pénétrer les œuvres et en retour d’être envahies par les émotions qu’elles dégagent. Ce peut-être un moment magique comme celui au cours duquel Sylvie lit à haute voix le document relatant l’histoire de la plante verte dérobée avec en perspective la même histoire racontée en langage des signes ; un instant où le regard capte les associations de sens, où les lignes, les courbes et les couleurs se répondent. Cependant ces instants précieux sont également rendus possibles par les éclairages des galeristes dont le rôle, qu’ils acceptent de plus en plus volontiers, est parfois et aussi celui de médiateur et de passeur. Nous avons d’ailleurs constaté que le milieu culturel qu’il soit institutionnel, associatif ou privé a pris conscience de cette importance à développer la médiation, particulièrement autour de l’art contemporain souvent cantonné à un public d’initiés. Des œuvres parfois difficiles à appréhender tant elles sont protéiformes, déconcertantes, innovantes, et qui demandent au spectateur plus qu’une simple délectation, un véritable investissement personnel. Etre curieux de la démarche de l’artiste, de ses intentions et surtout, pour celui qui regarde de savoir nommer ses ressentis. Saisissons donc cette chance, cette porte ouverte pour apprendre à voir et devenir à notre tour, acteur de l’art en train de se faire.

Agnès, mai 2013.

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Actualité, Agnès, Arts, Contemporain, Culture, Photographie, Vidéo, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s