Le fil d’Art-O-Rama 2014 + La Friche Belle de Mai & Cie + @JRart [Part-Two]

ou La Rentrée 2014 de l’Art Contemporain à Marseille :

– Art-O-Rama, Salon international d’art contemporain, La Friche Belle de Mai & les expositions d’ ART-O-RAMA / GroupLe Cartel / de Sextant et plusLe Cartel /de l’ESNP-Arles, L’École nationale supérieure de la photographie d’Arles/ de Documents d’Artistes et Le Gyptis Inside Out – Hors les Murs par l’Artiste JR.

Voici le second volet du « Le Fil d’Art-O-Rama »*, cette fois j’y vais avec Martine, une autre amie que vous avez déjà pu rencontrer au détour d’autres articles. Lydie Marchi a eu la générosité de me donner un petit carton, précieux sésame, qui nous ouvre les portes du Salon en ce milieu de semaine. 

  1. Art-O-Rama, Salon international d’art contemporain / 30 et 31 Août 2014 | Exposition visible jusqu’au 14 septembre 2014 de 14h à 19h / Art-o-rama est le premier salon international d’art contemporain du Sud de la France / http://www.lafriche.org/content/art-o-rama-2 / Sur le site Art-O-Rama 2014 

Jeudi 4 septembre 2014, 15h00, Art-O-Rama 2014 / Salon international d’art contemporain à Marseille / La Cartonnerie – Friche Belle de Mai 41 boulevard Jobin 13003 Marseille

Voir le vaste espace de la Cartonnerie sans le public foisonnant et curieux du vernissage me manque. Je remplis l’espace des fantômes du passé… Cette impression de vide est renforcée, il me semble, par des installations moins monumentales que les années antérieures… Les échanges avec les galeristes me manquent aussi… Visiter un salon sans les exposants ; ce n’est pas l’idéal… Les œuvres me semble moins présentes, moins vivantes. Un peu encore habitée par l’esprit de Paréidolie, Salon international du dessin contemporain, je me focalise une peu inconsciemment, un peu intentionnellement, encore sur des œuvres dessinées, ici des arbres, là des sculptures…

Mécènes du Sud invite Alexander Schellow • ART-O-RAMA 2014 / http://art-o-rama.fr/fr/200/64 / Sur le blog des Mécènes du Sud

« Alexander Schellow pratique le dessin et l’animation et travaille autour des processus de reconstruction de la mémoire. Plus précisément, il s’intéresse à la reconstitution des souvenirs comme « traduction » mouvante et fluctuante du réel. »

Je m’attarde plus longtemps devant l’espace des Mécènes du Sud, un seul artiste sélectionné ; Alexander Schellow… « Dans le cadre de Art-O-Rama et en écho à Paréidolie… », par ces quelques mots Paréidolie.net confirme ma clairvoyance ;). Je suis en situation de réminiscence devant les œuvres d’Alexandre Shellow… Je retrouve un aspect de ma pratique du dessin. Il m’est arrivée de dessiner à l’encre de chine, aux stylos Bic aussi, sur du papier calque… J’aime ce support pour l’évanescence qu’il dégage, la délicatesse du gris qui ne tranche pas, comme un brouillard s’installant dans le paysage, qui laisse légèrement apparaître le mur. Une fusion subtile entre le dessin, le sujet, l’objet, la surface translucide et le blanc de l’espace d’exposition. Je retrouve aussi les « planches contact » réalisées à partir des négatifs photographiques, elles mettent à plat le temps entre la première image de la pellicule et la dernière… révélant une chronologie, une histoire… Entre l’exercice du dessin, du tirage photographique, du montage cinématographique, mon œil s’approche de ses esquisses narratives. Avec « narrative fragment, archive Les rêves Américains » (felt-tip-pen on paper, variable dimensions, Los Angeles 2013), Alexander Schellow retrace le parcours du film « Model Shop » (1968) de Jacques Demy. Son unique film américain réalisé dans les rues de Los Angeles — et non dans des décors, ce qui était l’usage des studios hollywoodiens — sur la réalité des jeunes adultes des années 60, comme sa femme Agnès Varda. « Model Shop » est aussi un documentaire sur cette ville si symbolique de l’Illusion de l’American Dream.

  1. Les Franchises de fictions par Documents d’artistes / 31 août au 28 septembre 2014 / Une exposition à partir d’une sélection d’œuvres présentes dans des différents fonds documentaires. / http://www.lafriche.org/content/les-franchises-de-fictions /Sur le site de Documents d’Artistes 

« Avec Benedetto Bufalino, Bertrand Dezoteux, Alain Domagala, Jean-Benoit Lallemant, Nicolas Momein, Marc Quer, Xavier Theunis, Thomas Tudoux et Sylvie Ungauer. 

 Prenant pour point d’appui ce regroupement composite de sensibilités et de points de vues, l’exposition Les franchises de fictions s’est construite sur le constat que cette proximité pouvait être lue, en élargissant le spectre, comme un reflet de la vie (péri)urbaine. À travers une sélection d’œuvres d’artistes présents sur les différents sites, l’exposition souligne ce lien invisible qui construit les communautés humaines. Il est alors question de voisinage, de co-habitation, de vivre ensemble, à côté, de cette affiliation hasardeuse ou déterminée à un groupe et de la volonté d’appartenir et de se distinguer… Une communauté d’artistes comme paradigme, le territoire de l’art comme le territoire de la vie. »

Martine et moi discutons avec Guillaume Mansart, commissaire de l’exposition et directeur artistique de Documents d Artistes… Je connais cette organisation depuis longtemps, sa création date de 1999… Après réflexion, je me suis souvenue que j’avais reçu un questionnaire. J’en connais donc son action, c’est notamment une mine d’information sur les artistes de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur. Qui perfectionne sans cesse son soutien aux artistes… Et qui a fait des émules en Bretagne, en Rhône-Alpes, en Aquitaine et dans la région du Piémont (Italie). Sans bruits et sans fracas, ce réseau professionnel et discret de l’écosystème de l’Art Contemporain commence à prendre une dimension européenne… Comme les sites, les publications… cette exposition entre dans sa double mission : « documenter et diffuser».

  1. Mixed-Border, Exposition de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles (promotion 2014 – ENSP-Arles) /31 août au 26 octobre 2014 / Exposition de photographies et de vidéos / http://www.lafriche.org/content/mixed-border  / Sur le site de l’ ENSP-Arles 

« Mixed-border [i] est un terme de botanique qui évoque à notre imaginaire les différents axes du travail des 26 artistes nouvellement diplômés de l’ENSP que nous proposons de montrer dans cette exposition. Il s’agit en effet ici de présenter des éléments distincts et personnels de leur projets de fin d’étude qui, à y regarder de plus près, s’organisent néanmoins en plusieurs ensembles cohérents permettant de les appréhender chacun dans leur diversité d’intention ou de médium.

Commissariat : Anne Cartier-Bresson, Conservatrice générale du patrimoine, directrice de l’atelier de restauration et de conservation des photographies de la ville de Paris. » 

  1. Ce que raconte la solitude, Exposition collective /ART-O-RAMA / Group • Le Cartel/ 31 août au 21 décembre 2014 / http://www.lafriche.org/content/ce-que-raconte-la-solitude /Sur le site du Cartel / Sur le site d’ Art-O-Rama 

« Un projet satellite de la foire d’art contemporain ART-O-RAMA, proposé par la critique d’art et commissaire d’exposition italienne Elena Lydia Scipioni.

Avec Bas Jan Ader, Meris Angioletti, Alighiero Boetti, André Cadere, Ali Cherri, Mathis Collins, Jimmie Durham, Adrià Julià, Dominik Lang, Julia Meltzer et David Thorne avec Rami Farah, Janis Rafa, Naufus Ramírez-Figueroa, Gilad Ratman, Olve Sande, Nancy Spero, Benjamin Valenza, Guido van der Werve, et l’écrivain Golan Haji.

 Le titre de l’exposition a été conçu par l’écrivain Golan Haji également invité à écrire un texte autour des œuvres présentées dans l’exposition. »

« I mean, a person can always try, you know?… Yeah, always try »  sont les derniers mots de George Matthews (Gary Lockwood) dans « Model Shop » (fin du film/YouTube), il est seul, son amie vient de le quitter, il téléphone pour joindre LoLa (Anouk Aimé), elle est déjà partie en France, il l’aime, il essaiera de la revoir…

« Ce que raconte la solitude », texte de Golan Haji entre en résonance avec le film de Jacques Demy. Entre le salon et les expositions, le Fil d’Art-O-Rama 2014 se tisse… Entre « Les rêves Américains » (2013), comme avec « Tirana » (2011), « Elle (Ohne Titel) » (2011), Alexandre Shellow  revient sur une réalité passée d’individus et de lieux, et les œuvres de cette exposition, les correspondances sont présentes dans l’objectif exprimé : «Le point de départ est Marseille, où de nombreux artistes et intellectuels en transit ont trouvé refuge durant la 2nde Guerre Mondiale ». A partir de 1940, Varian Fry aida de nombreux artistes, André Breton, Jacqueline Lamba, Victor Brauner, Max Ernst, Wilfredo Lam, André Masson, le poète Benjamin Péret,… réfugiés à la Villa Air-Bel, à gagner des cieux plus cléments. D’un continent à l’autre, depuis les deux guerres mondiales, les artistes et les intellectuels prirent plus conscience de leur existence et de leur identité dans les moments historiques, à travers le monde… Leurs œuvres renvoient souvent à la violence de leurs vécus, de leurs souvenirs et de l’époque. Elles offrent une réminiscence individuelle, solitaire, partagée… 

  1. In Camera Graham Fagen et Graham Etough / Sextant et plus • Le Cartel/ 31 août au 21 décembre 2014 / Exposition / installation, vidéo – première en France / http://www.lafriche.org/content/camera / Sur le site du Cartel / Sur le site de Sextant et Plus 

« Sextant et plus invite l’artiste Graham Fagen et le metteur en scène Graham Eatough, à investir le Panorama de leur œuvre à la croisée des disciplines artistiques. Le duo, issu de la scène contemporaine foisonnante de Glasgow, nous propose In Camera, une forme inédite et hybride d’exposition confondant les temps du direct et du différé. In Camera est le troisième chapitre de l’histoire de leur collaboration. »

In Camera… « In camera (en latin : « dans une chambre ») est un terme légal qui signifie « en privé ». » (Source Wikipédia). Nous savons aussi que la référence à La camera obscura de l’appareil photo, de la caméra cinématographique est comme un substitut mémorisant la vision de notre œil. Ici je me retrouve dans une pièce carrée, une scène dont je suis l’actrice/spectatrice… Dans une dualité multiple, je suis forcément prise de vertige. Je tourne d’un écran à l’autre, le son du film que je regarde est diffusé par l’écran dans mon dos… Heureusement que les éléments du décor que j’ai découverts avant dans l’atelier/bureau de l’artiste et du metteur en scène, sont des clés/repères auxquels je me réfère… Sur la scène et sur les écrans… Des personnages déambulent de l’un à l’autre. Et je les suis d’une scène à une autre… 

  1. Le Gyptis Inside Out – Hors les Murs, Faîtes-vous tirer le portrait en (très) grand format dans la cabine photographique de l’Artiste JR ! Les 4 et 5 septembre 2014 / http://www.lafriche.org/content/le-gyptis-inside-out-hors-les-murs / Sur le site d’Inside Out Project

« JR a déjà investi le quartier pendant l’année 2013 avec Belle de Mai / UNFRAMED des photographies d’albums personnels d’habitants ou d’archives, recadrées et agrandies en très grand format ont formé une œuvre monumentale sur les façades du quartier de la Belle de Mai. »

« Grâce à la technique du collage photographique il expose librement sur les murs du monde entier, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. Son travail mêle l’art, l’action, traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limite… L’anonymat de JR et l’absence d’explication accompagnant ses immenses portraits lui permet de laisser un espace libre pour une rencontre entre un sujet/acteur et un passant/interprète, ce qui constitue l’essence de son œuvre. » (Source JR/ jr-art.net) 

Le Fil d’Art-O-Rama s’effiloche Hors les Murs avec JR-Art… « Inside Out Projet » (2011), « Unframed » (2009), comme « The Wrinkles of the City » (2008)…, sont caractéristiques d’un art hybride, « infiltrant » une urbanité planétaire, d’un art véhiculaire.

Laure, Marseille, 10 octobre/ 3 novembre 2014.

*Nos anciens articles : Art-O-Rama 2010, Le fil d’Art-O-Rama 2011, C’est la rentrée ! Art-O-Rama 2012, Le fil d’Art-O-Rama 2013

Les Liens :

 Art-O-Rama 2014

Friche Belle de Mai / – @JR-Art/ Belle de Mai UNFRAMED 3 / 2013 

Mécènes du Sud

– Paréidolie | Salon international du dessin contemporain, la saison du dessin se poursuit… jusqu’en novembre 2014. Et la seconde saison est annoncée…

Pour en savoir plus sur « Les franchises de fictions, Petitrama, Friche Belle de Mai » et « Mixed-Border », Promo 2014 de l’ENSP d’Arles, à la Friche Belle de Mai, Marseille, deux articles plus fouillés et très bien construits de Jean-Luc Cougy.

A propos AssociatEyes

Les complices s’enrichissent, proverbe mis au goût du jour par Paul ELUARD ET Benjamin PERET, La Révolution surréaliste (1925)
Cet article, publié dans Art, Arts, Cinéma, Contemporain, Culture, Dessins, Installation, Laure, Peinture, Photo, Photographie, Photos, Poésie, Sculpture, Vidéo, Vidéos, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s